Tod's attend un retour dans le vert au second semestre 2018

Les ventes comparables du groupe de luxe italien Tod's devraient s'améliorer dès le deuxième trimestre 2018, selon son directeur financier Emilio Macellari. Au cours d'une conférence téléphonique, ce dernier a assuré ne pas être inquiet face au repli de 4,4 % des ventes en comparable enregistré sur le premier trimestre, et espère retrouver une croissance positive d'ici à la fin d'année.


Voir le défilé
Tod's - automne-hiver 2018 - Prêt-à-porter féminin - Milan - © PixelFormula

Dans un communiqué, il avance que les ventes du premier trimestre correspondent aux prévisions de l'entreprise, les effets du nouveau modèle commercial ne se faisant pas encore ressentir.

Au mois de janvier, Emilio Macellari avait annoncé que les résultats de la nouvelle équipe de direction de Tod's seraient visibles à partir de la seconde partie de l'année : « Si la mise en œuvre du nouveau plan stratégique se poursuit selon nos prévisions, nous réaliserons d'excellents résultats dans un délai raisonnable », avait-il ajouté dans un communiqué de presse.

Sur les trois premiers mois de l'exercice 2018, les ventes ont chuté de 5,2 % pour atteindre 226,1 millions d'euros, soit une baisse de 1,8 % à taux de change constant. Parmi les facteurs expliquant ce déclin, la météo et l'offre commerciale : les petits sacs, moins rentables, sont les articles qui se sont le mieux vendus, tandis que les chaussures de la marque Tod's - notamment ses fameux mocassins Gommino - ont plutôt un caractère estival.

Au niveau des marques, les ventes de Tod's ont reculé de 2,8 % à 119,6 millions d'euros et celles de Hogan de 6,1 % à 55,7 millions d'euros. Le chiffre d'affaires de Roger Vivier est lui en repli de 8,7 % (37,8 millions d'euros), et celui de Fay de 12,2 % (12,8 millions d'euros).

En termes de catégories de produits, les chaussures ont généré des ventes en baisse de 4,2 % (182,2 millions d'euros), contre un déclin de 8,5 % pour la maroquinerie et les accessoires à 29,6 millions d'euros. Quant aux ventes de prêt-à-porter, elles ont chuté de 10,2 % à 14,1 millions d'euros.

Côté régions enfin, les ventes en Italie ont diminué de 11,6 % pour s'élever à 70,2 millions d'euros. Dans le reste de l'Europe, les revenus du groupe ont légèrement progressé (+ 0,5 %) pour atteindre 57,6 millions d'euros. En Amérique, les ventes ont chuté de 8,5 % à 15,4 millions d'euros, contre un recul de 3,2 % à 48,7 millions d'euros en Chine. Quant au reste du monde, il a généré 34,2 millions d'euros, en baisse de 1,4 %.

Au 31 mars 2018, le groupe exploitait 276 magasins en propre et 118 franchises. Ses magasins en propre ont rapporté un total de 127 millions d'euros, en baisse de 7,1 %, tandis que ses franchises ont engrangé 99,1 millions d'euros, en repli de 2,6 %.

Concernant son souhait de proposer davantage de collections tout au long de l'année, et plus uniquement de manière saisonnière, le directeur financier a précisé que l'entreprise lancera probablement de nouveaux produits tous les deux mois. Cette nouvelle stratégie, baptisée "Factory", consistera à lancer plusieurs collections pendant l'année pour attirer plus régulièrement la clientèle, avec un accent mis sur les classiques de ses marques.

L'idée, annoncée en février dernier, suit de près la décision du fabricant de vêtements italien Moncler, qui a fait ses adieux aux défilés pour se concentrer sur des lancements mensuels de nouveaux produits.

Traduit par Paul Kaplan

© Thomson Reuters 2018 All rights reserved.

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresLuxe - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER