×

Richemont : les acquisitions soutiennent la croissance au troisième trimestre

Publié le
today 11 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe suisse Richemont, numéro deux mondial du luxe (Chloé, Cartier, Piaget, Montblanc, YNAP, Dunhill, Alaïa, Van Cleef & Arpels...) a dévoilé vendredi des ventes en hausse de 25 % pour le troisième trimestre, à 3,9 milliards d'euros, dopées par ses acquisitions dans la distribution en ligne.


Chloe - printemps-été 2019 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


Mais en excluant l'opération sur le portail de ventes de produits de luxe par Internet Yoox-Net-A-Porter et le rachat de la plateforme commerçante dédiée aux montres de seconde main Watchfinder.co.uk (intégrés respectivement les 1er mai et 1er juin derniers dans les résultats du groupe), la progression du chiffre d'affaires s'est limitée à 6 % au troisième trimestre de son exercice 2018/2019 décalé (clos au 31 décembre). La progression se chiffre à 5 % à taux de change constant, a précisé le groupe genevois dans un communiqué.

Après un premier semestre déjà mitigé, le groupe a donc publié des chiffres à double lecture. Si l'on retient les acquisitions dans le périmètre, durant ce trimestre qui correspond à la période des fêtes de fin d'année, ses ventes ont bondi de 43 % dans la zone Amériques, à 801 millions d'euros (+9 % en comparable), et de 34 % en Europe, à 1,1 milliard d'euros, a quantifié le groupe suisse, qui a toutefois souligné l'impact de l'agitation sociale sur ses ventes en France.

Les manifestations des gilets jaunes ont pesé sur les ventes touristiques et l'ont amené à fermer des boutiques six samedis d'affilée, a précisé le groupe, dont le portefeuille de marques englobe notamment les maisons de joaillerie Cartier et Van & Arpels et les montres Piaget et IWC.

Les ventes en Asie-Pacifique, une région clé pour les ventes de produits de luxe, se sont elles accrues de 17 %, à 1,3 milliard d'euros, grâce à une croissance à deux chiffres en Chine continentale (+10 % à périmètre comparable). Le groupe spécifie que cette croissance dans ce territoire majeur a permis de compenser les reculs des ventes comparables enregistrés en Europe et au Moyen-Orient. Et fait donc bien état d'un recul à périmètre constant sur le Vieux Continent, mais non quantifié dans la publication. Pesant également dans cette balance négative : la vente de Lancel en juin dernier au groupe italien Piquadro.

Par ailleurs, si croissance il y a toujours à Hong Kong, celle-ci a toutefois ralenti, note Richemont, principalement en raison de la revalorisation du dollar de Hong Kong face au renminbi, qui a affecté le pouvoir d'achat des touristes chinois.

Ses ventes au Japon, détaillées hors du reste de l'Asie, ont elles progressé de 17 %, à 344 millions d'euros. Elles ont par contre légèrement décliné au Moyen-Orient et Afrique, s'effritant de 3 % en monnaies locales, mais restant quasi stables une fois converties en euros, à 234 millions d'euros.

Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com