×

Pantalons larges, transparences : quelques tendances de l'été prochain

Par
AFP
Publié le
1 oct. 2014
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pantalons larges, transparences, combinaisons : voici quelques tendances du printemps-été prochain vues lors des défilés parisiens qui s'achèvent mercredi soir.


Le pantalon se porte long et en cuir chez Loewe (photo : Pixel Formula)



A la cheville ou au ras du sol, le pantalon est ample. Loewe le voit en couleur et en cuir, avec une ceinture nouée assortie. Celui de Céline a des coutures apparentes et s'accompagne d'une veste style kimono ou d'une tunique. Il est en tweed chez Chanel, avec une veste de tailleur, léger en broderies anglaises chez Valentino, bleu nuit à taille basse chez Yohji Yamamoto, soyeux et lumineux chez Dries Van Noten. Evasé et à motifs psychédéliques, il s'arrête au-dessus de la cheville chez Vuitton.



Un style tout en transparence et motifs floraux chez Rochas (photo : Pixel Formula)

On dévoile, un peu. Chez Saint Laurent, le collant, noir et fin, accompagne toutes les petites robes et mini-jupes en cuir, pour un look oiseau de nuit. Elie Saab laisse transparaître le corps sans trop le révéler dans des robes en dentelles aux manches longues, tombant jusqu'au sol. La transparence se couvre de motifs floraux chez Rochas et Nina Ricci, tandis que Balenciaga joue avec les mailles de filet.

Valentino superpose les volants aux tons pastel ou ajoure une petite robe blanche avec des découpages formant des motifs végétaux. Du côté du Japonais Anrealage, les découpages au laser sur un manteau sombre permettent des effets d'ombre sur une robe claire.

Tendance forte de cette saison, la transparence est une manière de voiler, note Pascaline Wilhelm, directrice mode chez Première Vision, premier salon mondial des tissus d'habillement.

"Ce n'est pas une transparence romantique-mièvre, froufroutante. Il y a vraiment l'idée du +montrer-cacher+ mais pas trop sexy. On est plus pudique depuis plusieurs saisons, il y a une certaine modestie. Et une vraie modernité", remarque-t-elle.



Le jaune est à l'honneur cette année, ici chez Issey Miyake (photo : Pixel Formula)



En matière gaufrée enveloppant les épaules chez Issey Miyake, en long drapé soyeux pour une allure de vestale selon Emanuel Ungaro, strictement encadré de noir du côté de Balmain, le jaune soleil irradie les podiums.

Lanvin le mêle aussi au noir pour en faire des paysages de forêt sur des robes légères de soirée. Il s'accompagne de rouge tomate, blanc et bleu roi chez JC de Castelbajac en bandes transversales ou sinusoïdales. Il colore le podium du défilé Carven, conçu comme une piste de course automobile.

"On n'a pas vu ce jaune soleil, radieux, dans la mode depuis très longtemps. On a utilisé les jaunes verdis depuis 10, 15 ans, cela permettait de donner une certaine modernité à des harmonies", souligne Pascaline Wilhelm. Mais le jaune soleil est un parti pris plus audacieux: "Dans les harmonies, c'est quelque chose de compliqué à travailler".

Chez Dior, la combinaison se pare de petits imprimés fleuris, s'accompagne d'un zip et d'une ceinture de cuir pour un contraste garanti. Sonia Rykiel la présente en version aviateur, couleur crème, Stella McCartney la conçoit satinée et floue.

Le jean se décline chez Chloé en version brute pour une combinaison de travailleur, en longue jupe boutonnée ou en sweat-shirt à capuche délavé sur pantalon de jogging.

Kenzo en fait une jupe ajustée aux hanches, dont le bas se fend pour accompagner la démarche. Ou une veste ample aux épaules facettées, dont les manches arrivent au coude. Stella McCartney découpe le jean en jupe culotte et en veste à col en V et boutons.

Les amas de franges en bas des jupes noires ou blanches de Céline font mousser la démarche. Celles de Giambattista Valli, sur des petites robes crème, ressemblent à des bandelettes de papier. Elles prennent une coloration militaire chez Sonia Rykiel, en couches successives pour une jupe sous le genou.

Les années 1970 ont été une grande source d'inspiration pour ces défilés. Version rock chez Saint Laurent, hippie-chic chez Dries Van Noten, psychédélico-futuriste pour Vuitton, ou romantique chez Chloé.

Le confort et le sportswear sont aussi très présents sur les podiums, avec les shorts de cycliste de Carven et Viktor&Rolf. Le pantalon de jogging se fait soyeux chez Sonia Rykiel et le peignoir de boxeur inspire Alexis Mabille. Dries Van Noten propose des sandales blanches au look très sport, qui contrastent avec le caractère onirique de ses vêtements. Par Anne Laure MONDESERT

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.