×

Marie Marchant (MAD): "Il est légitime que LVMH s’interroge sur le vrai prix à payer pour acquérir Tiffany"

Publié le
5 juin 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH a réuni un conseil d'administration cette semaine pour évaluer l’impact de la pandémie du coronavirus sur son projet de rachat de Tiffany & Co. En novembre dernier, il avait annoncé s’emparer du célèbre joaillier pour 14,7 milliards d’euros, la clôture de l’opération étant prévue pour mi-2020. Une acquisition record pour le secteur, dont les conditions financières pourraient être renégociées au vu de la récente évolution du marché. Experte du secteur Horlogerie & Joaillerie et Associée du cabinet de conseil MAD, Marie Marchant analyse ce nouveau contexte pour FashionNetwork.com.


Marie Marchant - DR

 
FashionNetwork.com : Que pensez-vous des derniers rebondissements sur l’opération de rachat de Tiffany par LVMH ?

Marie Marchant :
 Cela ne m’étonne pas forcément. C’est indéniablement la plus grande marque de luxe américaine, avec un réseau de boutiques très étendu, qui a la particularité de couvrir une offre très complète permettant d’accompagner tous les moments de vie de ses clients en couvrant un large spectre de prix. Cet atout reste valable aujourd’hui, mais sa valeur peut être reconsidérée.

FNW : Comment évaluez-vous cette opération aujourd’hui ?

MM :
Avec la pandémie du coronavirus et le confinement, le marché du luxe a connu un frein. La consommation sur ce secteur a fortement baissé. Les grands groupes gardent les reins solides, mais la situation ayant évolué, il est légitime de s’interroger sur le prix à payer, de la même façon que toutes les grandes opérations de rachats, dans le secteur du luxe ou non, sont aujourd’hui renégociées. Je dirais donc que dans le contexte actuel, il est légitime que LVMH s’interroge sur le vrai prix à payer pour acquérir Tiffany. Mais l’opération reste justifiée.
 
FNW : Pourquoi ?

MM :
Je ne suis pas là pour juger du montage financier de l’opération. Mais du point de vue de l’évolution du marché, nous allons avoir une polarisation dans le secteur de la joaillerie. Celles qui vont tirer leur épingle du jeu sont les grandes maisons, qui ont historiquement défriché le marché en proposant des collections iconiques, avec un vrai contenu et un vrai sens. Tiffany en est une. Et l’opération présente deux avantages non négligeables pour LVMH.
 
FNW : Lesquels?

MM :
Le rachat de Tiffany pourrait aider LVMH à s’imposer fortement sur la joaillerie, catégorie du luxe particulièrement dynamique, et à se renforcer sur les Etats-Unis, un marché qui va se reprendre sur le segment haut de gamme. Alors qu’en Europe, la situation est plus inquiétante. Que ce soit dans les montres ou la joaillerie, peu de griffes ont été capables jusqu’ici de s’adresser avec pertinence au client local sur ce marché. Donc, Tiffany permettrait de sécuriser une certaine base de revenus grâce à sa forte implantation en Amérique du nord.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com