×

Le concours Lab Scene a trouvé ses trois premiers lauréats

Publié le
today 29 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pour WSN, organisateur des salons Who's Next, Première Classe et Impact, il s'agissait de renouer avec une tradition perdue : la détection de nouveaux talents via un concours de créateurs. C'est ainsi qu'est né le nouveau format Lab Scene, qui a dévoilé sa première cuvée ce 28 novembre. Trois lauréats, Salut Beauté, Martin Luttecke et Voir(e), qui seront les premiers à participer à ce dispositif d'accompagnement, ponctué de participations aux salons, mais aussi de formations, en partenariat avec l'antenne parisienne de l'école de mode Istituto Marangoni.


(c) Lab Scene


Parmi dix finalistes internationaux, et avant cela une centaine de candidatures de jeunes marques établies depuis un à sept ans, ce sont donc deux marques françaises et un label chilien qui se sont distingués.

Aussi jeune qu'elle est, Salut Beauté a déjà tapé dans l'oeil de quelques regards avisés. Lancée officiellement au printemps dernier, la griffe de Mathilde Gindre et Sarah Nimir entend proposer un nouvel uniforme aux consonances pop qui fleure bon l'affirmation féminine et l'humour décalé.

Ce nouveau concours à vocation plutôt commerciale, pour se différencier des dispositifs très "créateurs" déjà existants, tombe à point nommé pour un profil comme Salut Beauté qui semble présenter un beau potentiel et pourra donc, avec le suivi des équipes et les salons de WSN structurer sa proposition et trouver des revendeurs qui complètent son propre canal e-commerce. 


(c) Lab Scene


C'est également un duo qui se cache derrière Voir(e), Thomas Vasseur et Caroline Descamps. Créée il y a trois ans, la griffe mixte propose à la fois des pièces masculines et féminines revisitant les grands classiques. Un vestiaire qui tire toute son originalité de clins d'oeil, d'emprunts et de références tirées de voyages. Cosmopolite donc, et surtout plein de poésie et hors du temps.

La marque qui a déjà lancé quatre collections partira donc à la rencontre des acheteurs des salons en 2020, Who's Next deux fois puis Première Classe pendant la Fashion Week fin septembre, soutenue par l'équipe de Lab Scene.

Enfin, troisième lauréat de cette première promotion du concours : le créateur chilien Martin Lütteke et son label du même nom. Après un an passé en Europe chez Haider Ackermann et Wales Bonner, le jeune diplômé regagne son pays en 2018 pour y lancer sa marque. Inspiré par la jeunesse latino-américaine, sa mode flamboyante et rétro-futuriste questionne les formes, le genre, la couleur et multiplie les surprises.


(c) Lab Scene


Après avoir présenté deux premières collections au Chili et glané l'intérêt des médias sud-américains, il présentera la troisième en 2020 à Paris grâce au concours. 

La particularité de Lab Scene tient donc à son dispositif commercial. "L'objectif est d'aider ces créateurs qui ont un vrai potentiel à le convertir en points de vente", explique Frédéric Maus de WSN, abondé en ce sens par Jean-Jacques Picard, consultant et membre du jury. "Ils sont en quête d'un succès commercial, et nous voulons les armer pour cela, avec les formations de l'Istituto Marangoni, les guider avec un vrai suivi pendant 18 mois, pour qu'à la fin, ils passent du côté des marques établies qui exposent chez nous", espère le dirigeant de l'organisateur de salons.

Les lauréats feront partie d'un espace dédié sur le salon Who's Next qui aura lieu du 17 au 20 janvier prochain à la Porte de Versailles à Paris. Les gagnants de Lab Scene seront ainsi propulsés au sein de la sélection "Fashion Scene", "un véritable univers à part entière" revendique Frédéric Maus, après avoir testé cet espace créateur lors de la précédente édition du salon à l'été 2019.

Voir(e), Martin Lüttecke et Salut Beauté seront accompagnés par une quinzaine d'autres labels sur cet espace qui sera central, en entrée de hall. "C'est une vraie prise de parole de WSN sur la création, et c'était indispensable pour renouer avec notre ADN historique", estime Frédéric Maus.


 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com