×

La marque Alexander McQueen dévoile "Roses", sa dernière installation en accès libre

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 2 déc. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La maison Alexander McQueen a dévoilé vendredi à Londres une installation en accès libre, intitulée "Roses", qui le dit avec des fleurs — dont certaines remontent à l'époque du fondateur de la marque lui-même.


Alexander McQueen dévoile "Roses", sa dernière installation, dans son flagship de Mayfair


Au cœur de l'exposition, on peut admirer deux pièces spectaculaires, qui incarnent toutes deux la beauté et l'énergie des fleurs : une première robe en forme de rose rouge tourbillonnante, dessinée par Sarah Burton pour son défilé Automne-Hiver 2019, et une seconde d'Alexander McQueen lui-même, composée à l'origine de fleurs fraîches — le clou du spectacle de son show "Sarabande" de 2007 —, un moment fixé pour toujours dans l'histoire de la mode. Les mannequins arpentaient le sable du Cirque d'Hiver, pendant qu'un orchestre de chambre jouait la Sarabande de Haendel, le célèbre thème utilisé par Stanley Kubrick dans son Barry Lyndon.

L'installation, mise en scène au flagship de McQueen au 27 Old Bond Street, dans le quartier londonien de Mayfair, s'ouvre sur un fac-similé de l'invitation originale pour le défilé "Sarabande". L'exposition "Roses" a ouvert ses portes le 30 novembre et se prolongera jusqu'à la fin du mois d'avril.

"Je veux montrer que l'idée de communauté est au cœur de tout ce que nous faisons chez Alexander McQueen. Et ce depuis le début de l'aventure, quand j'ai commencé avec Lee, à la sortie de Central Saint Martins en 1996. Nous étions peu nombreux, et tout le monde — y compris les stagiaires — a pu en tirer une expérience pratique car chacun était mis à contribution", se rappelle Sarah Burton, qui a succédé au célèbre créateur après son décès en 2010.

La robe "Red Rose" se dresse parmi un amas de matériaux qui permettent de comprendre comment sa ligne en forme de pétales a vu le jour. Sur une vidéo, on peut suivre Judy Halil, première d'atelier de la marque, dans la réalisation de la robe elle-même, une démonstration étape par étape qui rend réelle et tangible l'expertise de l'atelier d'Alexander McQueen. Des exemples de travaux en cours et de recherches d'inspirations sont disposés autour d'une table de coupe. Des ateliers pratiques — axés sur le modélisme ou les techniques de couture et encadrés par Sarah Burton et Judy Halil elles-mêmes— y seront proposés à des étudiants.

Les robes, disposées en enfilade, mènent à un cylindre en verre. À l'intérieur, la vidéo originale de la robe-fleur apparaissant à la fin du défilé au Cirque d'Hiver à Paris. D'autres juxtapositions de robes avec des roses anglaises, des camélias, des oeillets, des fleurs sauvages et des abeilles se déploient dans l'espace.
 
La maison a lancé son concept d'installations en libre accès et d'éducation coopérative en janvier 2019 ; elle a dédié un étage entier de son magasin à un public d'étudiants invités venus de tout le Royaume-Uni, construisant tout un programme pédagogique consacré à la transmission de l'histoire et des savoir-faire de la maison britannique.
 
La première installation, "Unlocking Stories", expliquait le processus créatif à l'oeuvre derrière cinq tenues de la collection Printemps-Été 2019 — vidéos d'essayages, prototypes de pièces en cours de construction, visites de l'atelier et présentation des recherches iconographiques de Sarah Burton. Après cette première exposition, une classe d'illustration de mode de Central Saint Martins, dirigée par la célèbre Julie Verhoeven, avait développé des motifs ensuite réutilisés sur des imprimés de Sarah Burton, puis brodés à la main dans son dernier défilé, particulièrement acclamé par la critique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com