×

Femmes berbères en habits de fête à la Fondation Bergé Saint Laurent

Publié le
today 25 mars 2014
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 24 mars 2014 (AFP) - Colliers de mariages, parures traditionnelles et costumes de fête à foison: l'apparat exubérant et chaleureux des femmes berbères du Maroc s'invite à la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent à l'occasion d'une exposition inédite jusqu'au 20 juillet, avenue Marceau, Paris XVIe.


Pour la première fois, les plus beaux témoignages de l'apparat de la culture et du patrimoine marocain, parmi les trésors du musée berbère créé en 2011 par Pierre Bergé dans le jardin Majorelle de Marrakech, sont présentés à Paris avec une importante sélection prêtée par le musée du Quai Branly et des collections particulières.

L'exposition explore avant tout la place centrale des femmes dans la culture Amazigh (berbère) à qui elle doit sa survivance par la transmission de savoir-faire traditionnellement féminin comme le tissage, la poterie et la réalisation de bijoux et parures, la vannerie, la tapisserie et aussi les tatouages au henné. Outils du quotidien, objets rituels, bijoux et costumes ancestraux dont de rares capes handiras et des robes haïks, sont réunis pour évoquer les traditions des femmes berbères, sédentaires ou nomades du Rif au Sahara, au goût très affirmé pour l'apparat.

Après la disparition du couturier Yves Saint Laurent, Pierre Bergé a souhaité que le jardin Jacques Majorelle de Marrakech accueille un musée de civilisation berbère, projet commun de longue date, qui a vu le jour en 2011 dans l'ancien atelier du peintre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.