×

Cuir : la France a dopé ses exportations de 13 %

Publié le
today 30 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Au cours du premier semestre, la filière française du cuir a exporté pour 6 milliards d’euros de produits finis (+15 %), tandis que l’Hexagone en a importé pour 5,1 milliards d’euros (+4 %). Une balance commerciale positive qui ne doit pas faire oublier les difficultés rencontrées par l’amont de la filière, pointe le Conseil National du Cuir (CNC).


Shutterstock


La maroquinerie a représenté 4 milliards d’euros d’exportations françaises sur le semestre, en progression de 16 %. Des produits qui sont en grande partie allés vers Hong Kong (+14 %), Singapour (+13 %) et les Etats-Unis (+12 %), devant l’Italie (+9 %) et le Royaume-Uni (+8 %). Les sacs à mains ont pesé 59 % de cette catégorie, avec des exportations en hausse de 23 % par rapport à 2018. Sur les 10,2 millions de sacs (de toutes les matières) vendus pour un marché de 2,4 milliards d’euros, ce sont 2,5 millions de sacs en cuir qui auraient été vendu. Sacs en cuir dont la valeur moyenne a augmenté de 22 % à 609 euros, selon les douanes.

Côté importations, la France a dopé ses commandes de 8 %. « Ces produits viennent principalement de Chine (35%) pour répondre à la consommation nationale en produits moyen/bas de gamme de la fast fashion, d’Italie (23%) où certaines grandes Maisons ont leurs ateliers de fabrication et d’Espagne (11%), pays dont le savoir-faire est apprécié par les jeunes créateurs », pointe le CNC. Qui annonce que la France a sur le semestre importé un million de sacs à mains de plus que l’an passé, contribuant à une chute de 8 % des productions françaises de sacs à main.

L’import de chaussures évolue
 
Du côté des chaussures, l’Hexagone a sur le semestre dopé ses exportations en valeur, à 1,9 milliard d’euros (+12 %), comme en volume, avec 62 millions de paires (+5 %). Les douanes notent une hausse de 9 % du prix moyens pour les chaussures en cuir exportées (à 63 euros), contre +7 % pour les chaussures de toutes matières. Pas moins de 90 % des chaussants exportés l’ont été à destination de l’Union européenne (55,7 millions de paires), avec en tête des clients l’Espagne (11,4 millions), l’Italie (9,5), l’Allemagne (8), la Belgique (5,8) et la Pologne (5,3).
 

L'import-export de la filière cuir française au premier trimestre - CTC



L’import, de son côté, a été renforcé de 6 % en volume et 2 % en valeur. « En d’autres termes, elle a importé moins de chaussures et articles chaussants mais à un prix plus élevé, supposées de meilleure qualité », explique le CNC. « Par exemple, un peu plus d’une chaussure sur deux vient encore de Chine, mais en quantité moindre (-12% en volume, soit 18 millions de paires en moins) et les prix ont augmenté de 11% atteignant un prix moyen de 6 euros. Le Vietnam est le premier pays à profiter du recul des importations venant de Chine avec une hausse de 1% en volume et +4% en valeur (19 euros). Enfin, l’Italie demeure un partenaire clé pour la France, puisque nous avons importé près de 15 millions de paires de chez notre voisin (+9%) à hauteur de 45 euros la paire ».

Les cuirs finis à l’épreuve

La filière tricolore de tannerie mégisserie a terminé le semestre sur une hausse de 9,1 % de ses exportations, notamment soutenue par la renommée des peaux finies de veaux françaises, dont l’export s’est renforcé de 10 % en valeur et 4 % en volume. Mais, alors que de nombreux ateliers de maroquinerie ont récemment vu le jour, la filière a en parallèle dopé de 5 % ses importations de matériaux, venus principalement d’Italie (44 %) et d’Espace (15 %).

Les cuirs finis ont été exportés à 63 % vers l’Europe, le recul des commandes espagnoles (-2 %) et belges (-32 %), se trouvant compensée par les hausses du côté de l’Italie (2 %), de la Suisse (+29 %), du Portugal (+8 %), du Royaume-Uni (+11 %). La part de l’Afrique a été de 17 %, du fait du recul de 12 % des commandes marocaines, et de 9 % pour les tunisiennes. Mais ce sont surtout les relations tendances entre Washington et Pékin que pointe du doigt le CNC, qui relève une chute de 35 % des ventes à destination de la Chine et de Hong Kong.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com