×

Cheynet & Fils : la CGT lance un appel pour trouver des repreneurs

Par
AFP
Publié le
today 20 mars 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La CGT a lancé mercredi un appel à d'éventuels repreneurs pour éviter l'arrêt définitif d'activité de l'entreprise textile Cheynet & Fils, qui compte 180 salariés à Saint-Just-Malmont (Haute-Loire).


Modèle de soutien-gorge dont la basque est inspirée des dentelles élastiques de jarretières, en collaboration avec Cheynet - Albertine


Aucun candidat n'avait déposé d'offre mardi soir, à la date-limite fixée par le tribunal de commerce de Lyon, à l'identique de ce qui s'était passé aux précédentes date-limite du 25 février et du 15 janvier, pour cette entreprise en liquidation judiciaire depuis le 5 décembre dernier.

« Nous appelons des potentiels repreneurs industriels à se faire connaître » d'ici l'arrêt définitif d'activité qui devrait être prononcé lors de l'audience fixée le 2 avril devant le tribunal de commerce de Lyon, indiquent dans un communiqué la CGT Textile Habillement Cuir et l'Union départementale CGT de la Haute-Loire, évoquant à défaut des « conséquences sociales désastreuses".

« Qu'ont fait les pouvoirs publics, l'Etat, la Région, le département et la communauté de communes, qui ont distribué il y a un an près de 2 millions d'euros d'argent public à cette entreprise privée et qui depuis n'ont pas aidé les représentants des salariés dans notre démarche pour sauver les emplois ? » interroge la CGT.

« On n'a pas fait de grève, les salariés ont continué à travailler pour montrer leur abnégation et la direction n'a même pas été capable de trouver un repreneur », a déclaré mercredi soir Joël Jasserand, le délégué syndical CGT de l'entreprise dont l'effectif a été divisé par 2,5 ces 20 dernières années.

Premier fabricant européen de tissu élastique (ruban, dentelle) pour la lingerie-corseterie, Cheynet & Fils, principale composante du groupe Cheynet Industries, basé à Saint-Chamond (Loire), a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires d'un peu plus de 9 millions d'euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.