×

Calida (Aubade, Lafuma) renonce aux dividendes pour 2019 et change de président

Par
AFP
Publié le
26 mars 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe suisse de textile Calida, propriétaire des marques de lingerie Aubade et Calida, ainsi que des labels de sport Lafuma, Millet et Oxbow (marque de surf dont il cherche à se séparer, ndlr) va renoncer aux dividendes prévus pour l'exercice 2019 face aux incertitudes engendrées par la pandémie de Covid-19, a-t-il averti jeudi dans un communiqué. Il annonce parallèlement du changement au sein de son conseil d'administration avec la nomination de Hans-Kristian Hoejsgaard à sa présidence.


Le label de montagne Lafuma fait partie des marques phares du portefeuille du groupe suisse. - Lafuma


Comme de nombreuses entreprises cotées en Bourse, le groupe suisse a suspendu ses prévisions pour l'année en cours, "les implications de la pandémie de Covid-19 n'étant pas prévisibles à l'heure actuelle", et a mis en place des mesures visant à préserver sa liquidité.

"Dans ce contexte, le conseil d'administration propose à l'assemblée générale de ne pas distribuer de dividende pour l'exercice 2019", a-t-il expliqué.

Le groupe connu en Suisse pour ses pyjamas, mais également actionnaire majoritaire de la marque française de vêtements de sport et équipements de plein air Lafuma, prévoyait initialement de verser un dividende de 0,80 franc suisse (0,75 euro) par action, inchangé par rapport à l'année précédente.

Un nouveau président au conseil d'administration



Par ailleurs, la firme helvétique fait savoir que Marco Gadola quitte la présidence du conseil d’administration pour la confier à l’actuel vice-président, Hans-Kristian Hoejsgaard. Il restera cependant membre de l'instance de surveillance en qualité de vice-président, précise le groupe basé à Sursee, dans le canton suisse de Lucerne.

Un changement de pilote qui devra être avalisé lors de prochaine assemblée générale ordinaire de Calida Holding AG, dont la date a été avancée au 17 avril. Prévue à l'origine pour le 29 avril, elle se tiendra dans des conditions spéciales, sans la présence physique des actionnaires.

Calida n'est pas le premier à prendre de telles mesures



Le choc économique de la pandémie de coronavirus a poussé de nombreuses entreprises à revoir leur politique de redistribution des bénéfices à leurs actionnaires afin de protéger leurs liquidités.

Dans le textile, le géant du secteur Inditex, propriétaire de Zara, a gelé la décision concernant le dividende pour l'exercice écoulé. La question doit être rediscutée par le conseil d'administration du groupe espagnol avant l'assemblée générale qui doit se tenir en juillet.

Son principal concurrent, le suédois H&M, a annoncé de son côté il y a quelques jours qu'il annulait la proposition de versement de dividendes qu'il avait soumise aux actionnaires. Sur son exercice 2020, le géant de la distribution mode avait dans un premier temps prévu une enveloppe de 16 milliards de couronnes de rétributions, soit 1,4 milliard d'euros.

"Depuis que nous, conseil d'administration, avons présenté notre proposition de versement, la situation du marché a drastiquement changé, pointe le groupe H&M. A la lumière de la situation actuelle et de l'incertitude sur son évolution, nous avons aujourd'hui décidé de retirer la précédente proposition de 9,75 couronnes suédoises par action", a commenté Stefan Persson, le président du conseil d'administration.

La rédaction avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.