×
Par
AFP
Publié le
21 sept. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A Londres, Mark Fast et Bora Aksu ont opté pour des défilés avec public

Par
AFP
Publié le
21 sept. 2020

Le Canadien Mark Fast et le Turc Bora Aksu ont présenté la semaine passée leurs collections printemps/été 2021 à la Fashion Week de Londres, rares créateurs à maintenir des défilés avec public en ces temps de pandémie.


Des mannequins présentant des créations du designer irlandais Paul Costelloe le 18 septembre 2020 pendant la Fashion Week à Londres. - AFP



Robes longues à volants superposés, couleurs pastel translucides, l'atmosphère était romantique du côté de Bora Aksu. Arborant de délicats masques en tulle, les mannequins ont défilé à l'extérieur devant quelques spectateurs à bonne distance les uns des autres.

"J'ai décidé de faire un défilé car je crois que nous avons tous besoin de continuer à rêver", a confié Bora Aksu au Evening Standard.

Réveil tonique chez l'as du tricot Mark Fast qui ose le vert et le rose néon dans une collection mâtinée de streetwear. Le sweat à capuche siglé "FAST" se porte sur une jupe moulante finissant en plumes.

Seule une poignée des 80 créateurs présents lors de cette Fashion Week ont maintenu des défilés "physiques", la plupart présentant leurs créations dans des vidéos postées en ligne, ou uniquement sur rendez-vous à un petit nombre d'acheteurs et de chroniqueurs mode.

Pour certains, le contexte sanitaire a été l'occasion de repenser ce rendez-vous de la mode.

Halpern a ainsi rendu hommage aux employées du service public en demandant à huit d'entre elles de jouer les mannequins dans une vidéo présentant la collection. L'une d'elles, Arianna, une infirmière espagnole installée à Londres, a troqué sa blouse d'hôpital pour une robe à plumes rose poudré et noir aux manches à imprimé léopard.

"Cette collection a été créée pour célébrer les femmes en première ligne (face à la pandémie) et pour tous ceux que ça peut inspirer et encourager", explique Michael Halpern, créateur américain de 31 ans.

La reine du punk Vivienne Westwood, dont le mari Andreas Kronthaler, de 25 ans son cadet, dessine actuellement les collections pour sa maison, s'est, elle, servi de la Fashion Week pour transmettre un message: "Achetez moins, habillez vous bien, échangez des vêtements".

"Portez vos vêtements de soirée au bureau si vous retournez au travail, mélangez les saisons - notre objectif est de ne montrer qu'une seule collection par an", affirme la créatrice et militante de 79 ans, à contre-courant de la "fast fashion" et de ses dégâts sur l'environnement.

Sa collection unisexe s'inspire des coupes traditionnelles anglaises, en prenant des libertés avec les imprimés et les accessoires comme les boutons.

Sur les masques des mannequins, deux mots résument la créatrice: "True Punk" ("Vraie punk").


Londres, 18 sept 2020 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.