La marque Camille Fournet se relance sous un jour plus design

Fondée en 1945, l'entreprise Camille Fournet commence son activité en fournissant les bracelets de montres des grandes maisons de l’horlogerie de luxe. Ce n'est qu'en 1994, alors qu'elle est rachetée par la famille Déchery, que la manufacture basée en Picardie lance sa marque en propre, Camille Fournet, en pariant sur une ligne de petite maroquinerie. L'offre s'élargit en 2006 avec le lancement d’une première ligne de sacs de grands classiques. Fin 2017, nouvelle étape pour le fabricant de pièces en cuir français  : après travaux, la marque vient de rouvrir sa boutique parisienne située rue Cambon, incarnation de sa "relance".


Camille Fournet entend s'inspirer du design pour développer son offre de maroquinerie. - DR

"L’idée et la volonté est de proposer une approche globale tournée vers le design et une vision purement artistique", explique Véronique Knoché, ancienne de Cartier International, aujourd'hui responsable du marketing et de la communication de la marque Camille Fournet. Concrètement, Camille Fournet fait sa mue en présentant un tout nouvel écrin à Paris, le décor, revu par l’architecte Boris Cindric, jouant sur les contrastes entre bois et minéral, mais aussi une évolution des collections.

Fer de lance de la griffe : la ligne de sacs pour homme et femme développée par une nouvelle directrice artistique, Claire Aubadie-Ladrix, présente, aux côtés des modèles classiques, quatre nouveautés, "des sacs architecturés et souples jouant sur les mix de cuirs (taurillon et exotique notamment) et la couleur", avec des prix désormais plus accessibles, les premiers modèles se vendant à 1 300 euros, contre 1 800 euros auparavant.
 
Toujours dans cette optique de renouveau, la marque propose également une version revisitée de son logo, "plus épuré, misant sur le noir et blanc, et où le design est au cœur de l’approche" et vient de se choisir deux ambassadeurs, la comédienne et réalisatrice Carmen Chaplin, petite-fille de Charlie Chaplin, et le calligraphe Nicolas Ouchenir.
 
Décidée à booster le segment des sacs (qui représente pour l’heure 10% du chiffre d’affaires, la petite maroquinerie pesant, elle, 50%), "le plus porteur de la véritable identité Camille Fournet", la direction espère multiplier son chiffre d’affaires par trois sous cinq ans, celui-ci dépassant les 6 millions d’euros en 2016 (l'activité de sous-traitance de bracelets de la manufacture approchant pour sa part les 40 millions d’euros).
 
Privilégiant un réseau de boutiques en propre et des comptoirs de vente dans les grands magasins (la griffe compte aujourd’hui une boutique à Tokyo et sept corners au Japon, deux corners en Chine, un au Bon Marché à Paris et la boutique de la rue Cambon), Camille Fournet devrait poursuivre son développement en Asie, "sa cible principale", avec l’ouverture de deux nouvelles adresses en Chine en 2018. Une stratégie en accord avec leurs ventes, dont 90 % sont réalisées aujourd’hui à l’étranger. 
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversBusiness