Alba veut séduire la France avec ses pulls made in Uruguay

Le credo d’Alba ? Des pulls tricotés en Uruguay à partir de laine de mérinos locale, de baby alpaga péruvien et de mohair italien. La marque, lancée en 2012 par Marcela Abal, a vu son développement s’accélérer depuis 2015.
 
Les pulls de la marque Alba sont tricotés à la main en Uruguay - Alba

La jeune créatrice, qui a appris à coudre enfant avec sa grand-mère, valorise le fait main et aime mélanger les types de laine dans les vêtements qu’elle imagine pour obtenir des rendus plus originaux. Ancienne employée d’une usine spécialisée dans la maille, elle est fascinée par les possibilités de création qu’offre le tricot.
 
Désormais, Marcela Abal, dont le nom de famille est l’anagramme d’Alba, imagine une unique collection par an, composée d’une vingtaine de modèles haut de gamme qu’elle vend de mai à septembre en Uruguay (l’hiver sur place) et le reste du temps aux Etats-Unis et au Japon. Avec un prix moyen de 270 euros par pull, elle aimerait accroître sa présence dans le pays asiatique et réussir à intégrer le marché français.
 
Ce qui explique la venue de la créatrice pour la deuxième année consécutive au salon parisien Tranoï, qui s'est tenu au Carrousel du Louvre du 2 au 5 mars derniers. Et quand elle ne rencontre pas de futurs distributeurs par ce biais, Marcela Abal n’hésite pas à envoyer elle-même ses lookbooks aux revendeurs multimarques pour trouver de nouveaux clients. Une technique payante, puisque, elle l’affirme, c’est de cette manière qu’elle a réussi à recruter ses derniers acheteurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterSalonsBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER